de Behault, Boulanger, de Briey
Courtiers en assurances
Rue Cardinal Lavigerie 54/4
B-1040 Bruxelles
Tél.: 02 732 03 02
info@dboassur.be

En bref :

Je désire laisser un capital pour mes enfants, mes petits-enfants.

En détails :

L’assurance jeune

Une belle tirelire pour vos (petits-)enfants, en toute flexibilité.

Pourquoi souscrire une assurance-épargne jeunes pour mon (petit-)enfant ?

Grâce à cette formule d'une durée minimum de 8 ans, je constitue un capital de départ confortable pour mes enfants ou mes petits-enfants. Je bénéficie d’un rendement garanti qui peut encore être augmenté des éventuelles participations bénéficiaires annuelles. Celles-ci ne sont pas garanties et varient en fonction de la conjoncture économique et des résultats de la compagnie d’assurance. J’aide donc mes enfants ou mes petits-enfants à prendre un bon départ dans la vie, en associant sécurité et rendement. Notez que des droits de succession peuvent être dus sur le montant payé en cas de décès. Ce contrat peut également m’aider à planifier ma succession.

Je peux adapter mon plan épargne à mes souhaits et aux besoins précis de mes enfants ou petits-enfants : 

Versement du montant épargné à mes (petits-)enfants sous la forme d’un capital. Pratique si mon enfant ou petit-enfant souhaite acheter une première voiture, s’il a besoin d’argent pour poursuivre ses études, s’il souhaite acquérir un appartement ou investir dans sa propre affaire.

Une couverture décès ‘facultative’ supplémentaire qui garantit l’avenir financier de mes (petits-) enfants, même lorsque je ne serai plus là pour épargner.

 

Un rendement fixe

Pour chaque versement, le taux d’intérêt en vigueur à ce moment et d'application sur la prime nette (prime hors taxe et frais d'entrée), reste garanti pour toute la durée de votre plan épargne. D'éventuelles participations bénéficiaires annuelles peuvent encore améliorer ce rendement fixe.

La participation bénéficiaire n’est pas garantie et dépend de la conjoncture économique et des résultats financiers de la compagnie d’assurance.

Fiscalité avantageuse

Je ne paie pas de précompte mobilier sur les bénéfices de mon assurance-épargne (sauf en cas de rachat pendant les 8 premières années).

Maintien du contrôle

Je conserve les rênes de mon plan épargne (petit-)enfant. Jusqu’à l’échéance, je détermine moi-même ce qu’il advient du montant épargné.

Quand mes (petits-)enfants recevront-ils le montant épargné ?

Je détermine moi-même ce qu’il adviendra à l’échéance du capital que j’ai épargné pour mes enfants ou petits-enfants.

Je peux choisir de verser directement le montant à l’enfant concerné. Pour ce faire, il suffit de mentionner cet enfant en tant que bénéficiaire.

Ou peut-être vais-je préférer garder un peu plus longtemps le contrôle ?

Il est tout à fait envisageable de remettre personnellement le montant à mon enfant ou petit-enfant au moment que je juge le plus adapté. Pour ce faire, je dois être mentionné personnellement comme bénéficiaire en cas de vie. Le capital épargné me sera alors reversé à l'échéance.

Une solution idéale si je veux constituer un capital pour aider mon (petit-)enfant à acheter un bien immobilier ou pour financer ses futures études, par exemple.

En ma qualité de preneur d’assurance de cette assurance épargne jeunes, je garde pour ainsi dire le contrôle de la situation. Je peux notamment apporter des modifications tout au long de la durée du contrat, une sécurité supplémentaire quant au bon usage du montant épargné. Il se peut par exemple que l’enfant bénéficiaire fasse des choix peu judicieux ou mette un peu plus de temps pour s’assagir.

Vous ne devez entreprendre aucune démarche à l’échéance. Peu de temps avant cette date, vous ou l’enfant bénéficiaire – en fonction de votre choix – serez contacté dans le cadre du versement du montant de l’épargne. Le capital vie au terme n’est pas soumis au précompte mobilier.

Quelles sont mes options ?

Je détermine moi-même toutes les modalités de cette assurance épargne (petit-)enfant, en fonction de mes souhaits :

Je choisis le montant que je verse pour l’épargne, selon mes capacités financières.

Je choisis quand j’effectue un versement et à quelle fréquence. Un versement unique est également possible.

Je reste maître de l’épargne et je peux à tout moment intervenir si je le juge nécessaire.

Je peux à tout moment demander un rachat, total ou partiel. En cas de rachat, il se peut que des frais de rachat et une correction financière soient appliqués. En outre, en cas de rachat au cours des 8 premières années, un précompte mobilier est dû sur les intérêts. Le montant imposable ne peut toutefois pas être inférieur au montant qui correspond à une capitalisation des intérêts à 4,75% par an.

Si je le souhaite, je peux également constituer une couverture décès complémentaire. Le plan épargne convenu est alors prolongé après mon décès.